Archives de Tag: politique budgétaire

Compléments économie

Robert Mundell est décédé avant-hier.

Une présentation synthétique de ses analyses proposée par le Nouvel Observateur : Mundell
Deux autres nécrologies, un peu plus développées mais en anglais : ici et ici

Un texte synthétique à propos du débat sur l’annulation de la dette publique rédigé par Garance Bossard (prépa Carnot 2018 – 2020, aujourd’hui à l’Essec) peut être lu ici.

Keynésianisme hydraulique – Machine de Phillips

Je l’ai évoquée en cours, voici une démonstration du fonctionnement de la machine de Philips (MONIAC)

Et un article très clair en complément (où l’on apprend que Phillips a aussi été chasseur professionnel de crocodiles)

Relance, relances

Relance monétaire :

M3 en zone euro (concentrez-vous sur la courbe globale), la vitesse de circulation de M2 aux Etats Unis (ou comment rendre fou un monétariste convaincu)

Mesures de la BCE du 4 juin :

Augmentation du PEEP de 600 milliards d’euros (soit 1350 milliards au total)
Extension du programme jusqu’à fin juin 2021 (spoiler : au rythme actuel il faudra augmenter les crédits consacrés au PEEP)
Titres achetés conservés au moins jusqu’à 2022 (donc pas de contraction du bilan de la BCE avant cette date)

Relance budgétaire :

L’action japonaise (la différence entre les dépenses et l’enveloppe globale de la relance correspond aux garanties accordées par l’Etat)

EZe8o6QWsAET9gK

Le plan de relance allemand

Capture d’écran 2020-06-04 à 15.49.26

Relance par la politique industrielle : la cas de la Chine

https___s3-ap-northeast-1.amazonaws.com_psh-ex-ftnikkei-3937bb4_images__aliases_articleimage_4_7_6_1_27371674-3-eng-GB_20200529 China's new- infrastructure key sectors Table

N. B. : il ne s’agit pas de dire que l’Europe ne fait que de la relance monétaire, le Japon que de la relance budgétaire et la Chine uniquement de la politique industrielle mais de souligner des priorités distinctes

Les débats autour de la monétisation de la dette publique

Un essai de synthèse dont j’espère qu’il est suffisamment clair.

Debats_monetisation_dette_publique

Si des personnes plus compétentes que moi dans ce domaine passent par là, j’ouvre les commentaires.

Dette publique et coronavirus

Cet article du Monde permet de faire le point sur le gonflement de la dette publique lié aux réponses à la crise du coronavirus : Dettes_publiques_apres_crise_leMonde_avril2020

Avec quelques images c’est sans doute plus clair :

Et sur la question du remboursement de la dette, deux textes : la très claire présentation de Jean Marc Vittori (oui on peut présenter clairement un mystère)
Annulation_dette_JMVittori_mai2020

Et aussi claire mais plus fouillée l’analyse de Charles Wyplosz : Gestion_dettes_publiques_Wyplosz_22avril

Et la monétisation, me direz-vous ? Encore un peu de patience.

Coronavirus et inflation

Dans ce domaine le débat est relativement simple : d’un côté l’identification de risques d’inflation à court terme suite aux contraintes exercées sur l’offre, à plus long terme suite à l’expansion monétaire ; de l’autre la thèse selon laquelle les facteurs actuels de la faible inflation ne sont pas remis en cause, mais au contraire accentués par la contraction de la demande.
Pour le moment l’opinion dominante des économistes penche vers la deuxième thèse. Pour vous aider à réfléchir (et bien sûr en profiter pour parfaire vos révisions sur le thème de l’inflation) quelques textes :

Côté pessimiste (et même très pessimiste), Alexandre Delaigue

Le point de vue libéral de ces enseignants de l’Essec pour qui le risque inflationniste majeur tient dans des politiques de relance budgétaire excessives : Inflation_menace_fantome_mai_2020

Moins pessimiste :

La synthèse simple et claire proposée par Groupama : Coronavirus_et_inflatioGroupama

L’analyse de Gilles Dufrénot (sur The Conversation ou sur le blog du Cepii) : peu de risques d’inflation actuellement, mais à moyen terme une certaine inflation pourrait être nécessaire pour une véritable sortie de crise

Plus théorique et mobilisant plus de concepts macroéconomiques, le calcul de probabilités d’Olivier Blanchard (traduit par Martin Anota ou en version originale)

C’est les vacances on peut jouer un peu

Le Hutchins Center on fiscal and monetary policy veut sensibiliser les « millenials » aux enjeux des politiques budgétaires et fiscales.

Il propose donc « The fiscal ship », un jeu où vous prenez les rênes de la politique budgétaire. Economiquement, c’est bien fait, même si les problématiques sont américaines, et cela prépare bien aux chapitres 10, 11 et 12 du cours. Le gameplay, par contre, est du gameplay d’économistes, ne rêvez pas.

Dette publique, free lunch ?

Et en plus publié à l’heure du lunch (désolé…)

Deux articles qui proposent une bonne synthèse sur ce thème de débat : Faut_il_se_soucier_de_ladette_publique_Meunier_2019 Faut_il_se_rejouir_de_la_hausse_des_dettes_publiques_BSIEconomics_2019
Il n’est pas nécessaire de lire les deux. Ils sont très proches sur le fond, celui de BSI Economics est peut-être un peu plus précis et technique, celui de F. Meunier plus facilement utilisable en devoir me semble-t-il.

Pour aller plus loin : l’intervention d’Olivier Blanchard (avec lien sur son papier) ; le papier de Lucazs Rachel et Lawrence Summers sur le lien entre taux d’intérêt réel, politique budgétaire et stagnation séculaire (4 mars 2019). Vous n’êtes pas obligés de lire mais notez cette phrase de conclusion (traduction synthétique) : les politiques devront s’engager vers une plus grande tolérance aux déficits publics, des politiques monétaires non conventionnelles et des mesures structurelles afin de soutenir l’investissement privé et absorber l’épargne privée si on veut maintenir le plein emploi et atteindre les objectifs d’inflation.

Et deux images pour finir (J’ai commis une erreur en cours sur le titre du livre d’Heinlein ; un bon point à celui ou celle qui décryptera le sigle sur le drapeau).

Du lourd avec deux Prix Nobel dedans

Une lecture rapide pour un article clair et précis qui permet de faire le point sur un débat d’actualité autour de la valeur du multiplicateur aujourd’hui et de préparer le chapitre 9 : Le spectre de Keynes_D_Cohen_le_monde_fevrier_2013

Une synthèse précise et complète sur les analyses de D. Kahneman autour de l’homo oeconomicus : Kahneman_homo_oeconomicus_le_monde_fevier_2013

Un texte dense et suggestif d’Edmund Phelps autour de la question des inégalités et des innovations aux Etats-Unis aujourd’hui : Less_Innovation_More_Inequality_Phelps_NYTimes_fevrier_2013

Crise financière – crise économique : où en est-on ? 3- Du côté des Etats

Ici le tournant est clair et net : la mise en place de plans de relance est généralisée, la logique keynésienne de soutien à l’activité est devenue la règle.

Les politiques monétaires semblent avoir atteint leurs limites : le taux directeur américain a été réduit à 1 % (29 octobre), le taux britannique à 3 %, plus faible niveau depuis 1955 (6 novembre). Seule la BCE semble avoir encore une petite marge de manoeuvre. Aujourd’hui, ce sont les interrogations sur le risque de déclenchement d’une trappe à liquidité qui dominent. Lire la suite